L'économie du bonheur

Bonjour Chers Lecteurs du Lundi

 

L'économie du bonheur suppose que la croissance économique nous rendrait heureux !

 

Mais alors, comment expliquer le paradoxe d'Easterlin ? Pourquoi le bonheur n'a-t-il pas augmenté pendant la période des "trentes glorieuses", période de croissance économique par excellence ?

 

Faut-il en conclure que la question de l'argent n'a aucune pertinence ?

 

Pourtant il a été démontré que :

  • Les difficultés économiques (récessions, chômage, inflation, …) engendrent une baisse du niveau de bonheur.

  • Les habitants des "pays riches" se déclarent en moyenne plus heureux que les habitants des pays pauvres.

Ceci peut s’expliquer par deux phénomènes : la comparaison et l'adaptation.

 

La comparaison invite l'économie du bonheur à prendre en compte la tendance à se comparer aux autres; ce qui compte, c'est de se situer par rapport à la société, ou par rapport à ses semblables, et non pas seulement d'améliorer son revenu.

 

L'adaptation est un phénomène différent : les aspirations se renouvellent à mesure qu'elles sont satisfaites, de sorte qu'il est impossible d'être jamais entièrement et durablement comblé.

 

Pour d’autres le réel avantage d'une période de croissance est de permettre aux individus non seulement de progresser mais surtout de prévoir leur progression future.

 

"Le fait de nourrir des aspirations élevées est identifié comme un facteur favorable au bonheur, dans la mesure où il donne aux gens un sens à leur vie quotidienne et une plus haute estime de soi."

 

Besoin de découvrir quelles sont vos aspirations profondes ?

 

Pour plus de renseignements, contactez-moi au 06.62.79.95.43.

 

Bon lundi et belle semaine à tous.

 

Karine MONTOURCY

Dirigeante Paradigm coaching

 

www.paradigm-coaching.fr

Please reload

Posts à l'affiche
Posts Récents

May 12, 2020

April 17, 2020

Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

© 2016 Karine MONTOURCY Tous droits réservés